Sid Lee

Date de la visite : 26 mars 2019

Auteur : Simon Barrette

Le 26 mars dernier, les membres de la mission Poly-Monde 2019 ont eu la chance de s’entretenir avec Yanick Bédard, vice-président stratégie et associé chez Sid Lee, dans leurs nouveaux bureaux temporaires, au 21e étage de la place Ville-Marie.

Sid Lee, c’est d’abord et avant tout une agence de service créatif oeuvrant dans les domaines de la publicité et du marketing social et digital, en plus  d’offrir des services en architecture, en création de contenu de marque, et j’en passe. Ce qui distingue Sid Lee de ses compétiteurs, c’est qu’elle a pour valeur de créer ce qui compte vraiment. Pour ce faire, l’entreprise joue beaucoup sur le contexte actuel, tel que l’a si bien fait The North Face avec sa campagne Walls, créée en réaction à l’annonce de la construction du mur par Donald J. Trump. Au-delà du contexte, Sid Lee sait être culturally relevant et tente toujours d’inscrire de façon pertinente la marque dans la culture. À ça s’ajoute le Art Factor. Fort simple, ce principe indique simplement que si ce n’est pas beau, ça ne devrait pas exister. Finalement, dans un contexte où les entreprises subissent le changement au lieu de le créer, Sid Lee se permet de briser les règles, et travaille avec ce changement, et non pas contre.

En ce qui concerne notre hôte, Yanick, ce dernier s’occupe stratégie, soit tout ce qui touche à la transformation d’une marque, et à la façon dont cette dernière va maintenant s’exprimer. La complexité de cette tâche s’inscrit dans la nécessité de Sid Lee de générer une valeur financière pour ses clients, tout en y mêlant l’émotion. En effet, l’utilisation de l’émotion permet une plus grande rétention du message véhiculé. Ce principe était vrai en 1960, et l’est toujours. Ce qui a changé cependant, c’est la place de la technologie dans l’équation, car cette dernière est maintenant au cœur de ce que les clients de Sid Lee vivent et font. L’enjeu de l’intégration technologique est donc central, et Sid Lee se doit d’orchestrer quelque chose de cohérent sur le plan de l’innovation et du marketing. Pour Yanick, on retrouve donc une nouvelle difficulté dans le travail d’un stratège, qui se doit de comprendre la marque d’un point de vue marketing, mais aussi de comprendre les technologies permettant de rendre réelles les aspirations d’une marque. Le marketing d’aujourd’hui n’est donc plus juste de la publicité. C’est peut-être une plateforme web ou un chatbot permettant d’automatiser une transaction. Le marketing est donc dans une mécanique où les entreprises doivent produire du contenu qui ajoute de la valeur à la plateforme pour le consommateur.

Au-delà de ces enjeux d’intégrations, on retrouve aussi de nouveaux défis liés à la multiplication des points de contact, tel qu’on l’apprenait lors de notre visite chez Touché! (le lien de la visite chez Touché est ici). Ce concept de on-going competitivity rend nécessaire la création d’un parcours cohérent sur les différentes plateformes dans une logique temporelle cohérente, afin de rejoindre les différentes audiences. Dans ce contexte, la donnée prend tout son sens, car il faut créer du contenu personnalisé pour chacun des 2 millions de segments consommateurs existants via l’agrégation des données.

Et l’intelligence artificielle dans tout ça? Tout indique qu’il sera éventuellement possible de produire du contenu artificiellement en création. Actuellement, Netflix utilise l’intelligence artificielle pour générer non pas le contenu, mais décider du brief pour ce contenu. Chez AFP et Reuters, les nouvelles factuelles sont générées automatiquement grâce à l’intelligence artificielle. C’est donc une réalité à laquelle le consommateur sera bientôt exposé, et il est donc d’autant plus pertinent de soulever la question de la vie privée et de l’éthique dans tout cela afin d’encadrer le tout.

L’équipe de Poly-Monde tient à remercier chaleureusement Yanick Bédard et Agathe Pérusse pour leur accueil chaleureux.

Références

  • Propos recueillis par l’équipe de Poly-Monde lors de la visite du 26 mars 2019
Cette entrée a été publiée dans Left. Sauvegarder le permalien.