OC Transpo

Date de la visite : 5 mars 2019

Auteur : Yi Lu

OC Transpo est l’organisme public en charge du transport en commun dans la région d’Ottawa. Il dispose d’environ 1000 autobus et emploie quelques 2800 personnes. Dans un esprit d’amélioration de son offre de service, l’organisme entreprend actuellement un projet d’infrastructure majeur en développant une ligne de train léger sur rail.

Les besoins

Le système de transport ottavien dispose déjà d’un réseau de voies réservées, le Transitway, qui parcourt la ville de long en large. Au centre-ville, les voies sont intégrées aux rues, ce qui signifie que des feux rouges, des piétons et d’autres éléments ralentissent continuellement les autobus. Les bouchons de circulation ne font que s’amplifier depuis quelques années, avec l’augmentation de population que connaît la ville.

Le projet de train léger sur rail

Face aux défis de circulation, il s’avère impératif de développer un réseau complètement ségrégué. Le projet de train léger sur rail est donc mis en branle en 2008. Avec treize stations et 12.5 kilomètres de rails, dont 2.5 kilomètres sont souterrains, ce nouveau réseau entrera en service au courant de l’année 2019 et sa capacité sera de 11 000 passagers par heure avec une fréquence de 5 minutes.

Un des aspects particuliers du projet réside dans le contrat de maintenance sur 30 ans, accordé au constructeur. Ceci fait en sorte que l’entreprise responsable de la construction est incité à effectuer des travaux de qualité afin de faciliter la maintenance, dont il est aussi le responsable sur 30 ans. Il s’agit donc d’une forme de garantie sur la qualité lorsque le contrat de construction et de maintenance est accordé à la même entreprise.

Des bénéfices pour l’environnement et les finances publiques

Le système de train léger électrique sur rail comporte de nombreux bénéfices pour l’environnement. En remplaçant des centaines d’autobus, il permettra d’économiser dix millions de litres de diesel. De plus, la ville estime qu’elle pourra économiser 5600 tonnes de sel de déglaçage puisque les voies actuelles d’autobus seront démantelées. Les voies réservées du Transitway seront converties en pistes cyclables ou permettront l’élargissement des trottoirs, des mesures incitant à des déplacements plus actifs.

Sur le plan des finances publiques, OC Transpo estime que les économies s'élèveront à seize millions de dollars la première années, notamment à travers la réduction du réseau routier à entretenir. Les retombées économiques seront également importantes pour la région. Déjà, 100 personnes sont employées à l’assemblage des trains Alstom dans une usine ottavienne. Il est estimé qu’un milliard de dollars en activité économique est généré grâce à l’ensemble du projet.

De nombreux défis techniques

La construction du nouveau réseau de transport sur rail n’est pas sans défis. Le tunnel de 2.5 kilomètres de longueur, en plein centre-ville, nécessite une précision sans faille afin de contourner les stationnements souterrains et fondations des gratte-ciels. La présence du canal Rideau a également ajouté des défis techniques importants quant à l’étanchéité et l’intégrité du tunnel.

En terminant, il est pertinent de mentionner que les excavations ont mis au jour de nombreux artéfacts, comme l’ancien cimetière Barrack Hill, près de la rue Queen.

Référence :

-Propos recueillis lors de la visite chez OC Transpo le 5 mars 2019.

Cette entrée a été publiée dans Left. Sauvegarder le permalien.