IREQ

Date de la visite : Mercredi 9 Janvier
Auteur : Alex Bouchard

L’institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ) a été fondé en 1967 par Hydro-Québec dans le but de de développer la technologie nécessaire au transport de l’électricité produite dans par le complexe de barrages Manic. En 1970, le complexe de Varenne du centre de recherche ouvre ses portes et fait de l’IREQ le plus grand centre de recherche sur l’électricité en Amérique du Nord. L’institut engage environ 500 employés qui travaillent sur des projets totalisant 100 millions de dollars d’investissement annuellement. Le financement provient des trois grandes divisions d’Hydro-Québec soit la production, le transport et la distribution. Les projets de l’institut de recherche découlent directement de besoins formulés par ces trois divisions qui valident chaque étape du cycle de vie des projets. Bien qu’au moment de sa création, les projets de recherche en transport constituaient le gros des projets de l’institut, les travaux de l’IREQ couvrent maintenant de nombreux secteurs technologiques, de l’étude de la microproduction par sources intermittentes comme le solaire et l’éolien aux essais de validation de transformateurs haute tension, en passant par la robotique et l’intelligence artificielle.

Un des défis auquel la société d’État fait face pour atteindre ces cibles annuelles est l’exportation de l’électricité vers les régions de la Nouvelle-Angleterre et l’Ontario. Grâce à l’institut de recherche, Hydro-Québec est parvenue à transformer la réputation de son réseau comme en étant des plus fiables, et peu ainsi négocier à fort prix l’exportation de l’électricité. Comme la vente de cette électricité constitue une part importante des revenus d’Hydro-Québec, les opérations de maintenance sur les points de transfert de l’énergie vers les territoires externes doivent être de la plus courte durée possible. L’IREQ a donc développé le logiciel HYPERSIM qui simule l’ensemble du réseau permet donc de planifier le séquençage des travaux de sorte à réduire au maximum les interruptions de services sur les lignes d’exportations, réduisant de plusieurs semaines la durée des travaux. Cet exemple donne une bonne idée de la façon par laquelle l’institut de recherche protège la réputation d’Hydro-Québec, par ses innovations utiles et nécessaires

Un avantage majeur que possède l’institut est l’accès à une ligne de distribution expérimentale. Un réseau miniature qui représente 50 km de distribution et permet de mettre à l’essai sur un réseau réel toutes les solutions technologiques de l’institut sans risquer d’interrompre le service des clients d’Hydro-Québec. C’est grâce à cette ligne que l’institut arrive à développer des instruments de surveillance qui supportent les contraintes d’interférence près des câbles électriques. C’est également grâce à la ligne expérimentale que l’institut arrive à vérifier les impacts des alimentations de support intermittentes sur son réseau

Depuis quelque temps, l’institut développe également des instruments robotisés qui permettent d’accomplir en des temps records des travaux de surveillance et d’inspections des lignes de transport ou des pièces de production de l’électricité. L’institut a entre autres développé un robot qui peut s’accrocher aux câbles à haute tension et se déplacer sur ceux-ci pour en analyser l’intégrité. Hydro-Québec arrive donc à inspecter des câbles suspendus au-dessus des cours d’eau en un temps record et sans placer de travailleurs dans des situations risquées. D’autres innovations dans ce secteur comprennent un appareil volant qui arrive à se poser sur les lignes à haute tension sans être affecté par les champs électromagnétiques environnant celles-ci et un robot sous-marin qui peut faire l’inspection de turbines dans les grands barrages hydro-électriques de la province

En somme, l’institut permet à Hydro-Québec d’assumer un rôle de pionnier dans le développement de technologies novatrices dans le domaine de l’énergie en améliorant la stabilité de son réseau, en créant de nouveaux équipements qui assurent la santé des travailleurs et la constance des travaux ainsi qu’en mettant à l’essai des solutions d’avenir dans la distribution de l’énergie sans avoir à mettre le réseau en péril.

Références
Hydro-Québec. « Innovation technologique | Hydro-Québec ». Institut de recherche d’Hydro-Québec, 2019. http://www.hydroquebec.com/innovation/fr/institut-recherche.html.
Bouchard, Michel. « Les robots intelligents : nouveaux inspecteurs du réseau d’Hydro-Québec ». Portail Constructo, Juin 2018. http://www.portailconstructo.com/infoconstructo/robots_intelligents_nouveaux_inspecteurs_reseau_hydroquebec.
Propos recueillis par l’équipe de Poly-Monde lors de la visite du Mercredi 9 Janvier 2019

Cette entrée a été publiée dans Left. Sauvegarder le permalien.