Sommet transport et mobilité

Date de la visite : 6 novembre 2018
Auteure : Shanna Walters


Cette année marquait 90 ans d’innovation pour Les Affaires, un média qui ­”mobilise la communauté d’affaires, la connecte et la fait grandir” (Les Affaires, 2018). Le 6 novembre 2018, quelques membres de la mission ont eu la chance de participer à la deuxième édition du Sommet transport et mobilité à Montréal. C’est un événement lors duquel plusieurs joueurs importants, dans le milieu du système de transports québécois, sont amenés à interagir et à partager sur les alternatives à l’automobile en milieux urbains et ruraux. La conférence accueillait cette année une douzaine de conférenciers et panélistes de différents domaines ainsi qu’au dessus de cents représentants d’entreprises touchées par les transports.
La mobilité urbaine est d’autant plus pertinente aujourd’hui, avec l’évolution des villes. Cette nouvelle réalité fait du transport collectif en un enjeu majeur pour les sociétés déjà établies et celles émergentes. Pour la mission Poly-Monde 2019, il est alors pertinent de comprendre la complexité des réseaux de transports à l’extérieur, mais il est nécessaire de se limiter à la mobilité dans les centres urbains afin de pouvoir établir une analyse plus spécifique que diffuse.

Pour débuter la journée, Catherine Morency, professeure titulaire de Polytechnique Montréal, a analysé l’importance de l’environnement entourant les décisions de transport. Premièrement, si l’on comptabilise les trajets effectués lors d’une semaine pour une seule personne, on constate que les chiffres sont en croissance depuis plusieurs années; autant pour l’école que pour le travail (Meloche-Holubowski, 2017). Les pistes de solutions apportées lors de cette présentation étaient très diverses. Notamment adapter son mode de vie en favorisant un travail situé à proximité du domicile, ou encore faire appel au concept d’économie de partage.

Par la suite, Nicolas Saulnier, professeur agrégé à Polytechnique Montréal, a tenté d’expliquer la complexité de modéliser les conditions de circulation autour de la métropole afin de permettre l’évaluation stratégique de la congestion. Ce projet est en conception est réalisé en partenariat avec le ministère des transports du Québec. Cet outil de suivi et d’analyse des conditions du réseau routier  est en mesure de prendre en compte les données météos, du calendrier et les incidents sur la route.

Pour l’étude de cas internationale, Daniel Constantino, associé chez Jarrett-Walker Associates, a parlé de la restructuration du réseau de transport collectif en bus de Dublin en Irlande. Pour ce faire, un protocole similaire est employé dans la majorité des grandes villes; soit une série d’ateliers et de sondages est planifiée auprès des élus et des usagers. Suite aux données recueillies, un premier réseau épuré et simplifié est proposé à la population. Finalement, après quelques rondes d’amélioration, apportées suite aux sondages publiques, les associés chez Jarrett-Walker espèrent arriver à un système de transport collectif efficace et satisfaisant pour tous.

Par la suite, Yves Provencher, de LION électrique, a mis l’emphase sur l’électrification des autobus et des camions de transport. Cet enjeu est d’autant plus important au Québec dû au faible coût de l’électricité en comparaison du diesel. Chez LION électrique, le diesel est laissé de côté, car les véhicules sont conçus pour fonctionner électriquement. Cela les rend plus efficaces, plus autonomes et permet surtout d’importants avantages économiques pour les acheteurs.

Finalement, la journée s’est clôturée avec un panel de discussion sur l’arrivée des véhicules autonomes : sommes-nous prêts? Le facteur clef qui est ressorti de ce débat concerne l’uniformité des logiciels d’intelligence artificielle, à laquelle les différents constructeurs automobiles devront se soumettre, s’ils veulent que ce projet puisse aboutir. Bien que les recherches et le développement dans ce domaine se fassent rapidement, il reste beaucoup de zones d’ombre et de craintes face à ces produits “du futur”. Si la population désire instaurer ces nouveaux véhicules, plusieurs défis d’envergure devront être surmontés.

Références:
Les Affaires. (2018). Le sommet transport et mobilité. Consulté le  20 décembre 2018, à l’adresse https://www.lesaffaires.com/evenements/conferences/sommet-transport-et-mobilite/603686
Les Affaires. (2018). Contactez-nous. Consulté le  20 décembre 2018, à l’adresse http://www.lesaffaires.com/page/contactez-nous
Statistique Canada. (2018, juillet 25). Le déplacement domicile-travail.
Consulté le 20 décembre 2018, à l’adresse     https://www12.statcan.gc.ca/nhs-enm/2011/as-sa/99-012-x/99-012-x2011003_1-fra.cfm
Meloche-Hulobowski, M. (2017, novembre 27). Se déplacer plus loin, plus longtemps et surtout en voiture pour aller travailler. Consulté le 20 décembre 2018, à l’adresse   https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1069790/travailleurs-mobilite-canada-travail-maison-deplacement-etudiants-transport-commun
La compagnie électrique Lion. (2018).  La compagnie électrique Lion - Propulser le progrès. Consulté le 20 décembre 2018, à l’adresse https://thelionelectric.com/fr
Tranports Québec. (2018). Véhicules autonomes. Consulté le 20 décembre 2018, à l’adresse   https://www.transports.gouv.qc.ca/fr/modes-transport-utilises/vehicules-autonomes/Pages/vehicules-autonomes.aspx

Propos recueillis par l’équipe de Poly-Monde lors de la conférence du 6 novembre 2018

Cette entrée a été publiée dans Right. Sauvegarder le permalien.